Le Temps nous égare,

Le Temps nous étreint,

Le Temps nous est gare,

Le Temps nous est train.

Jacques Prévert

« Il y a un temps pour tout. Ah ouais ? »

Dans le Monde selon Owen, le temps est une arnaque. La plupart des honnêtes gens savourent le temps présent, persuadés de baigner dans le YOLO (You Only Live Oncecarpe diem moderne), comme les fervents hindouistes qui vont se purifier dans les eaux du Gange. La belle affaire, ma bonne dame ! Ce temps présent se retrouve de fait coincé entre un temps passé, qui par nature même, est dépassé et un temps futur qui n’arrivera peut-être jamais. L’on miserait donc tout sur une frontière entre un temps qui n’existe plus et un autre qui n’existe pas encore ? Et c’est sur cette chimère qu’il est de bon ton d’asseoir confortablement son bonheur ?

Pour Owen, le temps présent est une arnaque. Il n’existe pas. Vous avez tout juste le temps de le prononcer, que c’est déjà du temps passé et si vous parlez du temps que vous allez passer ce soir devant la télé à faire sa fête au pot de Nutella, eh ben, c’est du temps futur. La bible nous enseigne qu’il y a un temps pour tout. Ah ouais ? Désolé, mais pour Owen, ça ne crève pas les yeux. Il est peut-être venu le temps des camgirls*, mais pas celui d’empêcher la misère d’envahir nos rues et salir nos rêves, les pandémies ou encore les réfugiés qui meurent en mer par milliers. Va falloir patienter.

[…]

(*) Femme exposant son corps nu sur Internet par l’intermédiaire d’une Webcam, pour gagner de l’argent.

————————————————-

Ça vous tente de lire la suite ? Avec d’autres images et une chanson plus que singulière ?

C’est mon bulletin d’humeur sur le blog Agora de Nombre 7, dans ma rubrique “Le Monde selon Owen” et c’est juste ici.

Tous les mercredis, mon humeur sera de sortie, et le bulletin pourra en témoigner dans ma rubrique “Le Monde selon Owen“, toujours en hommage inconditionnel au “Monde selon Garp”.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire sur le blog, au pied de l’article, partageons nos humeurs, à défaut de pouvoir se retrouver dans un bistrot de quartier ou autour d’une bonne table dans un resto sympa.