Lecteurs

Avec l’aimable autorisation de @indiana.jones.of.books

Un livre, des lecteurs. On pourrait presque croire un pluriel irrégulier, taquinerie de la langue française. Mon livre – Les Mots d’Owen – tel un chat, a déjà connu plusieurs vies. Il s’est offert avec une extrême pudeur, par bribes sur mon Facebook, sous forme de citations faisant corps avec mon humeur du jour, qui était souvent une humeur du soir. Soir, pas d’espoir, n’est pas une araignée qui veut. Ainsi mes “amis facebookiens” ont pu lire Vivement que la Terre ferme, j’irais ailleurs, entre autres. Fin 2018, mon roman a été auto-édité sous le titre La Pierre et le Bocal – Les mots d’Owen par Librinova, où il figure toujours parmi les titres les mieux notés (en raison notamment des 45 commentaires consultables). Première étape du virtuel au réel. Enfin, histoire de passer aux choses sérieuses d’offrir à Owen un peu plus de considération et de professionnalisme dans la gestion du verbe et du complément, mon livre a été édité (et non plus auto-édité) par NomBre7 Éditions en janvier 2020. Gilles Arnoult, après réception et lecture de mon manuscrit m’a écrit : “Avec Les mots d’Owen, j’ai découvert le livre que j’espère lorsque l’on me confie un manuscrit : un récit puissant à la fois intime et épique. J’ai émergé de cette lecture, enthousiaste et ravi avec un espoir : un jour dans ma vie, croiser le chemin d’Owen !”. Qui dit éditeur, dit vrai travail de réflexion à tous les niveaux, de la couverture à la formulation du titre. La couverture a donc évolué pour se fondre dans la sublime charte graphique de NomBre7 Éditions aux formes affirmées et harmonieuses, tel un totem reconnaissable entre mille. Le titre, quant à lui, a été raccourci pour ne garder que l’essentiel, le vital, la substance même du livre : Les mots d’Owen.

Tout ça pour dire que vous découvrirez ci-après différents retours de mes lecteurs, prioritairement pour Les mots d’Owen, mais également pour La Pierre et le Bocal – Les mots d’Owen qui l’a précédé. Sur le fond les deux livres sont très proches. Il y a cependant deux différences notables. D’une part, Les mots d’Owen (paru en janvier 2020) ont fait l’objet d’une correction orthotypographique stalinienne, ne laissant pas la moindre chance à une virgule surnuméraire ou une espace fin non sécable (et oui, en typographie, le mot “espace” est féminin, j’en fus le premier surpris !). D’autre part, j’ai ajouté au gré de ma énième relecture des paragraphes entiers selon mon inspiration du moment, et tout particulièrement dans les deux dernières pages qui concluent chaque partie (extraits du journal intime d’Owen en italiques dans le livre).

Pour lire ces chroniques (avis de lectures, articles de blog, article de presse, etc.), il vous suffit juste de cliquer sur la légende de chaque visuel, extrait lui-même de la chronique mentionnée.